« Grouille ou rouille! »

par Mathieu Boivin
Le Journal de Québec, Dimanche le 3 août 1997.

Québec Journal de QC

Jacques Gauthier, 58 ans, a souffert pendant près de dix ans des affres de l’arthrite et de l’ostéoporose. Aujourd’hui « totalement remis et en pleine forme », il traverse le Québec – de Gaspé jusqu’au Témiscamingue, 1800 km de marche – pour répandre sa bonne nouvelle à lui : des exercices d’assouplissement qui lui ont redonné « confiance en son corps ».

Gauthier a commencé, en 1981, à paralyser progressivement. Atteint d’une maladie mystérieuse, le quinquagénaire a successivement perdu main et bras gauches, puis les pieds et, enfin, la main droite. Traité à la cortisone pour contrer la douleur de cette maladie, il a ensuite souffert d’ostéoporose, ce qui l’a forcé à prendre d’autres médicaments pour ralentir la perte de masse osseuse.

Au tournant des années quatre-vingt-dix, M. Gauthier est au plus mal, physiquement et psychologiquement. « J’avais pris des tonnes de pilules de tous genres, mon dossier médical était épais comme ça, j’avais consulté plusieurs médecins et je me retrouvais quand même tout seul dans mon lit à longueur de journée, à avoir mal au moindre mouvement et à déprimer parce que je ne pouvais plus rient faire de ma peau. Oui, j’ai pensé au suicide. »

Difficile de croire que cet homme a parcouru à pied, depuis le début de juillet, les 700 km qui séparent Gaspé de la vieille capitale. Encore plus difficile lorsqu’il affirme se sentir « encore plus en forme maintenant qu’au moment du départ et tout à fait d’attaque pour les 1100 kilomètres de marche qui restent jusqu’à St-Bruno-de-Guigues, au Téminscamingue ».

Si M. Gauthier va aujourd’hui aussi bien, c’est grâce à des étirements tout simples. C’est une connaissance, à qui M. Gauthier faisait part de son désespoir aux heures noires de sa maladie, qui lui en a parlé. « Au premier étirement que j’ai fait, la douleur était si vive que j’en ai perdu connaissance. Mais j’ai persévéré et, quelques jours plus tard, une bienfaisante douleur musculaire a remplacé l’horrible rouille de mes articulations. Depuis ce temps, je fais mes étirements tous les jours et je me porte à merveille, je n’ai plus mal nulle part et je suis encore plus souple qu’à mon enfance! »

Tant et si bien qu’il parcourt maintenant le Québec pour communiquer le miracle à qui le veut bien. « On dirait que tout le monde considère normal d’avoir plein de bobos en prenant de l’âge. C’est pas vrai : c’est seulement qu’il faut que tu grouilles, ou bien ça rouille! »